Notre Calendrier

La Maîtrise
de la cathédrale Notre-Dame de Chartres

 

photo
 
 
 
 
photo photo photo photo
 
La Maîtrise de la cathédrale de Chartres est composée de trente enfants, filles et garçons.
Au delà de son rôle premier d'animation des messes par le chant sacré, elle permet aux enfants de s'épanouir par le chant, en acquérant une large culture musicale, des bases approfondies de formation musicale et de technique vocale.
La Maîtrise est dirigée par Mathieu BONNIN, qui gère également les cours de technique vocale. Les cours de formation musicale sont assurés par son assistante Marie-Élisabeth SALLÉ.
 
 
Répétition hebdomadaire le jeudi
     CE2 / 5ème : 17h30-19h15
     4ème / Terminale : 18h15-20h00
 
Répétition supplémentaire : un mercredi par mois 17h30-19h30
 
Animation de messes : 1 à 2 fois par mois et les fêtes
 
Atelier liturgique : 1 fois par mois
 

La Maîtrise aujourd’hui...

 
« La Maîtrise a pour but l’animation musicale des liturgies à la cathédrale et ponctuellement dans d’autres églises ».
Maîtrisiens de la cathédrale de Chartres
© NDC
 
 

Répertoire

Le répertoire de la Maîtrise mêle chants d'assemblée et pièces de musique sacrée allant de la Renaissance au XX° siècle.
 

Médaille de la Maîtrise

Après un an d'engagement, les jeunes maîtrisiens reçoivent une médaille qu'ils porteront durant les messes de la cathédrale. Cette médaille récompense l'assiduité et l'engagement de l'enfant.
 

Activités supplémentaires

Un voyage de deux ou trois jours est organisé chaque fin d’année, qui mêle découverte culturelle et chant religieux.
 

Vêtements

Les maîtrisiens portent une aube fournie par la cathédrale. Cette aube reste au vestiaire de la Maîtrise mais il est demandé aux parents d’en faire l’entretien une ou deux fois par an.
Un uniforme étant en cours de conception, il est pour le moment demandé aux parents de veiller à ce que les enfants portent des vêtements sobres et des chaussures de ville sombres.
 

Contact

Maîtrise de la Cathédrale Notre-Dame de Chartres
16 cloître-Notre-Dame
28000 Chartres
retour
 
 
Cliquez sur l'image animée pour l'agrandir
 
 

Un peu d'Histoire...

 
Notre connaissance de la Maîtrise ancienne de la cathédrale repose essentiellement sur l’ouvrage de l’abbé Clerval : « L’ancienne Maîtrise de Notre-Dame de Chartres du V° siècle à la Révolution », Paris, 1899.
 

Origines

détail du vitrail de 'Gaufridus', chromolithographie extrait de l’ouvrage 'L’ancienne Maîtrise de Notre-Dame de Chartres du Ve siècle à la révolution, par M. l’Abbé Clerval' - Ch. Poussielgue, Alphonse Picard et fils, éditeurs, Paris, 1899
© extrait ouvrage de Clerval, la Maîtrise
De tout temps, on a recherché des voix harmonieuses pour chanter la gloire de Dieu et tout naturellement, des écoles se sont crées à proximité des églises pour enseigner le chant : ce sont les ancêtres des Maîtrises.
 
À Chartres, comme dans de nombreuses paroisses cathédrales, se crée dès saint Lubin (VI° siècle) une école cléricale de 72 jeunes enfants consacrés à Dieu par leurs parents ou choisis par les évêques pour leur vertu et leur talent. Ils y étudient les lettres mais y apprennent aussi à chanter les louanges de Dieu, participer aux cérémonies et étudier.
 
En 1127, la musique chartraine étant complexe, un groupe va se désolidariser de l’école épiscopale et s’adonner prioritairement au chant : la Maîtrise est née. Composée de 6 enfants à sa création, elle n’en comptera jamais plus de 12.
 

Organisation

Les enfants entrent à la Maîtrise vers 7 ans et en repartent vers 17 ans.
Un maître à l’origine, puis deux maîtres ensuite, s’occupent d’eux : un maître de grammaire qui perdra sa prépondérance à la fin du XV° siècle au profit du maître de musique. Le premier maître de musique est Jean de Santander ; le dernier avant la Révolution sera Pierre Desvignes.
 
Du XIV° au XVI° siècle, les petits maîtrisiens, qui doivent habiter ensemble, changent au moins 7 fois de lieu de résidence jusqu’à ce qu’en 1545, ne soit acquise une maison dans laquelle ils resteront jusqu’à la Révolution et qui existe encore, près de la porte de l’Officialité (donnant rue des Lisses).
La maison se compose de :
- un dortoir transformé en cellules individuelles en 1773
- une cuisine
- une salle d’étude
- un cabinet
- une infirmerie
- une chambre pour le maître de musique
- quelques chambres pour la servante, les musiciens de passage, …
Les maîtres de musique sont recrutés avec soin par concours. Ils peuvent venir de très loin et sont parfois des compositeurs connus comme Nicolas Bernier (1664-1734).
Les maîtrisiens, selon les époques, apprennent le chant, la composition et un instrument : l’orgue reste l’instrument principal, puis dès 1655 on introduit le serpent et le basson ; la contrebasse peine à s’imposer à la fin du XVII° siècle et le violon fait une apparition timide au XVIII° siècle.
 

Le costume des maîtrisiens

Le costume religieux des jeunes maîtrisiens, qui sont rasés à toutes les grandes fêtes, se compose de :
- une soutane
- par-dessus, une aube (c’est la raison pour laquelle ils sont dits « enfants d’aubes » dans certains textes) qui, en 1572 remplace le surplis
- une ceinture pour resserrer l’aube à la taille
- dès le XVI° siècle, un camail lorsqu’il fait froid
- un petit chapeau rond (capelli) puis carré (birreta)
 

L'emploi du temps des maîtrisiens

Maîtrise de la cathédrale de Chartres, 1920
© Médiathèque de Chartres
La journée des maîtrisiens commence à 4h. Les enfants assurent le service liturgique du jour, installés dans le chœur de la cathédrale :
- mâtines
- laudes
- prime
- la messe de Beata
- la messe d’Obit
- la messe capitulaire
- sexte
- nones
- vêpres
- complies
À ces services il convient d’ajouter des cérémonies spécifiques à des fêtes ou des moments particuliers.
Les moments d’étude des maîtrisiens s’intercalent entre les différents moments consacrés à la liturgie : le matin plutôt le latin, le martyrologe et la catéchèse ; le soir surtout la musique. Leur emploi du temps leur laisse toutefois quelques loisirs qu’ils occupent en jouant aux quilles, aux boules ou au jeu de paume. Un beau jardin est mis à leur disposition et chaque jeudi, ils font une sortie en ville, à moins qu’une cérémonie liturgique ne requière leur présence.
 

Mort de la Maîtrise

La Révolution supprime le Chapitre cathédral le 25 décembre 1790.
Le 8 janvier 1793, la municipalité met en regard les dépenses et les recettes de la Maîtrise, et devant le déficit annoncé, décrète sa suppression dans les conditions de prise en charge antérieures. Le logement du maître de musique est vendu, ainsi que le linge et les malles de la maison de la Maîtrise.
Le 15 novembre 1793, la cathédrale devient le Temple de la Raison et la Maîtrise n’a plus lieu d’exister.
 

Renaissances

Le Concordat de 1801 (26 messidor an IX) spécifie dans son article 1 : que « la religion catholique, apostolique et romaine sera librement exercée en France ». La Maîtrise renaît alors... pour disparaître à nouveau en 1969 sous l’épiscopat de Monseigneur Michon.
Mais le Père Hercouët, recteur de la cathédrale, la rétablit avec succès en 1980.
Le Chef de Chœurs est actuellement Mathieu BONNIN. retour
 
 

Quelques anecdotes...

 
Ces anecdotes sont extraites de l'ouvrage "L’ancienne Maîtrise de Notre-Dame de Chartres du V° siècle à la Révolution" par l’abbé Clerval, Paris, 1899.
- "En 1581, il (le Chapitre) utilisa le grand voile du Jeudi saint, qui se tendait devant le sanctuaire, pour couvrir l’orgue et faire du linge aux enfants"...
 
- "Le dortoir fut complété en 1595. On y mit deux lits, l’un garni de chenil… l’autre, garni de traversin… on fit changer les plumes, raccourcir les taies. Il fut reblanchi en 1669. Hélas ! Il était plein de punaises"...
 
- "En 1652, on trouva qu’un enfant de chœur avait une maîtresse ; il lui écrivait des lettres, dont plusieurs furent interceptées et il sortait la nuit en perruque"...
 
- "Jean Roger (enfant de chœur) mourut en odeur de sainteté le 23 août 1653. Sa tête fut bientôt exhumée… et gardée comme une relique. On la fixa sur un piédestal armé d’un crochet permettant de le suspendre à une muraille… Cette tête fut portée pendant la Révolution à Angers par un prêtre de Chartres : elle tomba en la possession d’un père capucin. Celui-ci la transmit à M. le chanoine Albin du Mans, et c’est grâce à la bienveillance de ce vénérable chanoine qu’elle est revenue à la Maîtrise de Chartres (1879), où elle est précieusement conservée dans une châsse vitrée"...
 
- "En 1485, deux enfants furent enlevés méchamment, sans doute, par des princes trop amis de la musique, et le Chapitre dut envoyer les chanoines… à leur recherche"...
 
- "La reine, Anne de Bretagne, passant par Chartres le 17 mai 1510, fut si ravie de la voix d’un petit enfant de la Maîtrise, qu’elle le demanda aux chanoines pour sa chapelle. En retour, elle leur fit présent d’une grosse cloche qui portait son nom en leur disant "Vous m’avez donné une petite voix, moi, je veux vous en donner une grosse". L’année suivante, le 20 mars, elle le renvoya avec une chape précieuse"...
retour
 
 
Les photos du diaporama ci-dessous, proviennent du fonds de la Médiathèque de Chartres
Cliquez sur l'image animée pour l'agrandir

Musique liturgique




Orgues


Saki AOKI
Saki AOKI

Symphonie n°3 de C. Saint-Saëns avec orgue, mouvement II
Symphonie n°3 de C. Saint-Saëns avec orgue, mouvement II

Orgues


G. Pompidou à Chartres - 2/2
G. Pompidou à Chartres - 2/2

G. Pompidou à Chartres - 1/2
G. Pompidou à Chartres - 1/2

Concerts


L'instrumentarium de Chartres
L'instrumentarium de Chartres

2011 - Concert pédagogique
2011 - Concert pédagogique

2009 - Requiem Mozart
2009 - Requiem Mozart

2009 - Tekameli, chants sacrés gitans
2009 - Tekameli, chants sacrés gitans

Soirées Autrement


2009 - Christian Bollmann
2009 - Christian Bollmann

2009 - Ensemble Amadis, musique médiévale
2009 - Ensemble Amadis, musique médiévale

2009 - Priscille Lachat-Sarrete
2009 - Priscille Lachat-Sarrete

Musique liturgique


Concerts


Bonus 171
Bonus 159
Bonus 158
Bonus 192
Cathédrale de Chartres 2017 - Tous droits réservés - Crédits - Visiter la Cathédrale de Chartres - Photos Cathédrale de Chartres - Vitraux Chartres