Lié aux signes du zodiaque , le cycle des travaux des mois est remarquable. Sa présence au portail royal résulte de plusieurs réflexions : rappel de la puissance de l’Église sur les activités du monde rural, clin d’œil bienvenu au peuple qui voit que la cathédrale est aussi leur maison, mise en valeur de la sacralité du travail, mais aussi réflexion théologique. En effet, le déroulé des saisons résulte de la volonté divine. Les travaux manuels (en vis-à-vis du travail intellectuel des arts libéraux dans la baie symétrique) sont aussi une façon de prolonger l’œuvre de Dieu créateur et d’appeler son retour à la fin des temps.
Ces travaux des mois sont un document passionnant sur la réalité de la vie quotidienne et fourmillent d’anecdotes. Au plus près des sculptures (grâce aux échafaudages installés en 2008 pour la restauration des parties hautes de la façade), on découvre d’étonnants détails…

Le mois de janvier coupe la galette des rois. © NDC
En légère plongée – on a l’impression de s’inviter vraiment à la table de l’homme. © NDC
À niveau – décalé. © NDC
Le mois de janvier a deux têtes, allusion au Janus de la religion romaine : l’une d’elle, plus jeune, regarde l’année passée ; l’autre l’année à venir. © NDC
Détail du visage le plus âgé – quelle intensité psychologique ! © NDC
Détail du dessus de table. La lame du couteau est cassée mais traversait autrefois la galette. Notez aussi la coupe précieuse posée sur la table, moulurée de godrons. © NDC
Détail de la nappe. Le drapé évoque en version simplifiée les habits des statues colonnes du portail royal. © NDC