Notre Calendrier

> Retour <

 
 
Cet article est un inventaire de l'ensemble des bonus depuis le numéro 325 jusqu'au numéro 349, publiés dans notre section "les +"
Chaque bonus est répertorié par son numéro, son état de consultation sur le site (en ligne / prochainement), et par son thème de classement
 
 
Bonus n°  état
thème de classement
 
Bonus 325 prochainement
communauté
sujet : "Entrée dans l’année de la Foi : le 14 octobre 2012, à l’issue de la fête diocésaine pour l’inauguration de la maison diocésaine de la Visitation et les cinquante ans du concile Vatican II, une célébration s’est tenue à la cathédrale pour entrer dans l’année de la Foi - vécue par l’ensemble de l’église catholique. Assomption - 15 août : quelques clichés"
 
Bonus 326 prochainement
découvrir - vitraux
sujet : "Focus sur la fenêtre 109a : après les bonus consacrés aux fenêtres 114a, 114b, 110a et 110b, nous continuons notre 'redécouverte' des vitraux du haut chœur par une fenêtre consacrée à Saint Martin. Restauration effectuée par l’atelier PINTO, avec le mécénat de Chartres, Sanctuaire du Monde et la participation de Kim-En-JOONG. Maîtrise d’ouvrage : DRAC Centre. Maîtrise d’œuvre : Patrice CALVEL"
 
Bonus 327 prochainement
voir autrement - regards d'artistes
sujet : "Gravure - vers 1850 : vers 1845/50, plusieurs gravures ont été éditées quasi-simultanément par des libraires de Chartres et de Paris, donnant à voir la cathédrale sous plusieurs angles. Un éditeur anglais s’intéressa à la question, dès 1851. Avec méthode, il rassembla les dessins des artistes concernés pour effectuer une série de planches aquarellées. Un antiquaire de Londres possède actuellement cinq gravures, encadrées par l’amateur qui en avait fait l’acquisition au XIX° siècle"
 
Bonus 328 prochainement
découvrir - vitraux
sujet : "Focus sur la fenêtre 109b : après les bonus consacrés aux fenêtres 114a, 114b, 110a, 110b et 109a, nous continuons notre 'redécouverte' des vitraux du haut chœur par une seconde fenêtre consacrée à Saint Martin. Restauration effectuée par l’atelier PINTO, avec le mécénat de Chartres, Sanctuaire du Monde et la participation de Kim-En-JOONG. Maîtrise d’ouvrage : DRAC Centre. Maîtrise d’œuvre : Patrice CALVEL"
 
Bonus 329 prochainement
voir autrement - regards d'artistes
sujet : "La cathédrale - de loin : le signe symbolique/esthétique/historique que représentent les deux flèches de la cathédrale, émergeant des champs de blés, est remarquable. Rares sont les édifices français bénéficiant d’un tel cadre, si l’on excepte évidemment le Mont Saint Michel, dans sa baie. Loin d’être un aspect secondaire de l’identité de la cathédrale, sa visibilité lointaine a ainsi été reconnue comme une dimension constitutive du monument, à l’occasion des travaux de rédaction - janvier 2012 - de la Déclaration rétrospective de Valeur universelle, relative à son inscription sur la liste du patrimoine mondial"
 
Bonus 330 prochainement
découvrir - vitraux
sujet : "Focus sur la fenêtre 105 : après les bonus consacrés aux fenêtres 114a, 114b, 110a, 110b, 109a et 109b nous continuons notre 'redécouverte' des vitraux du haut chœur par une fenêtre du rond point, consacrée à Saint Pierre. Restauration effectuée par l’atelier Vitrail France - ALLIOU, avec le mécénat de Chartres, Sanctuaire du Monde - financement du Crédit Agricole Val de France. Maîtrise d’ouvrage : DRAC Centre. Maîtrise d’œuvre : Patrice CALVEL"
 
Bonus 331 prochainement
voir autrement - histoire(s)
sujet : "La robe 'olier' de Notre-Dame du Pilier : Notre-Dame du Pilier possède plusieurs robes, qui changent au fil des principaux temps liturgiques et fêtes de l’année. La plus ancienne d’entre elles figure en bonne place parmi les tissus remarquables conservés dans les églises de France"
 
Bonus 332 en ligne
découvrir - vitraux
sujet : "Focus sur la fenêtre 106 : après les bonus consacrés aux fenêtres 114a, 114b, 110a, 110b, 109a, 109b et 105, nous continuons notre 'redécouverte' des vitraux du haut chœur par une fenêtre du rond point, consacrée à Saint Jean-Baptiste. Restauration effectuée par l’atelier Vitrail France - ALLIOU, avec le mécénat de Chartres, Sanctuaire du Monde - financement du Crédit Mutuel. Maîtrise d’ouvrage : DRAC Centre. Maîtrise d’œuvre : Patrice CALVEL"
- L’ange apparaissant à Zacharie
- Restauration de la tête de l’ange. Les maîtres verriers ont défaits les plombs de casse, qui rendaient le visage illisible, remplacés par du silicone
- Zacharie. On notera la surprise qui ressort du visage du vieil homme
- L’autel correspond exactement aux nombreuses figurations que l’on trouve dans les vitraux de la cathédrale, où le décor à cabochons évoque - de façon codée - la richesse des matériaux
- Jean Baptiste montrant l’Agneau de Dieu : le visage de Jean Baptiste
- L’agneau de Dieu. On pourrait rapprocher cette figuration de la célèbre statue du portail nord
- Un disciple de Jean Baptiste
- Détails du manteau d’un autre disciple. Dans les codes du XIII° siècle, les bandes horizontales apparaissent comme un signe de dignité - sociale et morale
- Le Christ est baptisé par Jean Baptiste: le visage du Christ
- Premiers nettoyages (face intérieure) sur le visage du Christ - limité à deux carrés 'test'
- Jean Baptiste montrant le ciel, d’où s’exprime Dieu le Père
- Un assistant. On observera le dessin de la barbe, en spirale - procédé original qui appartient plutôt à l’époque romane
- Le Jourdain. Selon une iconographie courante au Moyen-Âge, l’eau, qui alterne des bandes multicolores, prend la forme d’une montagne
- Travail en atelier : observations des panneaux sur tables lumineuses
- Travail d’analyse : au microscope, les cratères de corrosion d’un fragment de verre bleu (face extérieure)
 
Bonus 333 en ligne
découvrir - architecture
sujet : "Cathédrale restaurée, depuis la croisée du transept : l’ouverture - après restauration - du chœur 'Victor Louis', aménagé entre 1765 et 1788, a été évidemment le grand évènement des fêtes de Noël. Déjà, à l’autre extrémité de la cathédrale, le narthex avait retrouvé début 2012 ses enduits originaux. Nous vous proposons plusieurs points de vue exceptionnels"
- Le chœur restauré. Durant plusieurs jours d’octobre, après enlèvement de la 'bâche-jubé' et avant le montage des échafaudages à la croisée du transept, la vue est libérée sur le chœur
- Le narthex restauré. Le contraste est remarquable entres les parois latérales de la nef, encore très encrassées et le mur de façade, sur lequel resplendissent les trois vitraux romans et la rose gothique
- Depuis le dernier étage des échafaudages, vue plongeante sur le chœur
- Le chœur en février 2010 : les enduits sable/chaux du XIII° siècle ont été nettoyés, en partie supérieure tandis que le décor en stuc du XVIII° siècle, en partie inférieure, reste encore à restaurer
- Lors de la visite de chantier du vendredi 14 décembre 2012 (réception des échafaudages, tournage TF1), vue à hauteur des voûtes du chœur
- Vue du haut chœur. Le 'triforium' (2ème niveau de l’élévation à Chartres) est une galerie de circulation située au niveau des combles du déambulatoire. Il est surmonté du 'clair-étage', qui donne toute sa place aux vitraux : deux fenêtres et une rose dans chaque travée des parties droites, une haute lancette dans les travées de la partie semi-circulaire
- Lancettes du rond point - vitraux du XIII° siècle
- Chœur illuminé 'bleu', durant la veillée préparatoire à la messe de minuit, le lundi 24 décembre 2012
- Vue à hauteur des voûtes de la nef
- Les célébrations du dimanche n’ont jamais cessé à la croisée du transept : pendant le montage des échafaudages - depuis le transept nord, Mgr Pansard lors de la messe de la Toussaint
- Plongée sur l’autel de la croisée. Depuis, le périmètre de l’échafaudage a été étanchéifié pour réduire l’empoussièrement de la cathédrale
 
Bonus 334 en ligne
voir autrement - histoire(s)
sujet : "Manuscrits de Chartres au XII° siècle : tandis qu’est édifié le portail royal et que sont réalisées les trois grandes fenêtres de la façade occidentale, la cathédrale produit également plusieurs manuscrits dont le décor est à l’égal de la sculpture et de l’art verrier : un sommet artistique. Sélection des plus belles lettres"
- Initiale H - avec quelques animaux féroces dont un mord les griffes d’un Dragon
- Initiale V - en tête du livre de l’Exode. Dieu appelle Moïse, qu’on représente, selon la tradition médiévale avec des cornes et portant les tables de la Loi
- Initiale V - l’un des hommes est coincé dans les montants tandis que l’autre donne l’impression de fuir
- Initiale E - des animaux, certains ont des têtes d’oiseaux, les seconds des têtes de loups
- Initiale E, ouvrant le livre d’Ezéchiel
- Initiale H - un des rares exemples de décor exclusivement végétal
- Initiale - l’ossature du décor est formée par un grand dragon-oiseau, mordu au cou par une autre bête fantastique
- Initiale V du livre de Sophonie - le prophète est représenté assis
- Initiale V du livre de Michée - Dieu parle au prophète qui semble être surpris par son interpellation
- Initiale V du livre d’Amos
- Initiale V - typique du motif "à l’homme marchant"
- Initiale V - une composition d’une rare élégance
- Initiale N, en tête du livre d’Isaïe - un grand homme - exceptionnellement - sert de base à la lettre
- Tressé aux dragons et aux visages humains
- Tressé. Les nœuds prennent la forme de masques. à chaque étage, des hommes agrippés aux tiges
- Enroulement spiralaires et griffons
- Rinceau
- Dragons
- Rinceau avec des hommes en cours d’escalade
 
Bonus 335 en ligne
découvrir - architecture
sujet : "Le haut chœur restauré : la redécouverte du haut chœur, suite à la rénovation des enduits polychromes datant du XIII° siècle, a complètement transfiguré notre regard sur la cathédrale. Un véritable choc qui n’était en réalité qu’une confrontation à l’édifice authentique. Moments clés : avant - après"
- Été 2006 - les trois fenêtres axiales du chœur sont alors déposées pour restauration : le chœur de la cathédrale paraît plus sombre qu’il n’a jamais été
- Lundi 26 octobre 2009 - une partie de la bâche occultant le chœur a été déposée - au niveau de l’arc supérieur, laissant apparaître quelques-unes des voûtes à croisée d’ogive - rénovées. L’étonnement est déjà au rendez vous
- Novembre 2009 - très vite, les polychromies restituées des clés de voûte ont frappé les imaginations des premiers 'curieux'
- Février 2010 - depuis le triforium. Des discussions passionnées ont lieu entre historiens d’art. Chartres invite à envisager différemment la cohérence de l’art gothique. Comme si la théorie du 'gothique' défendue par les universitaires français trouvait à Chartres son application, mais dans des proportions et avec des conséquences inattendues
- Dimanche 4 Avril 2010 - durant la veillée du festival de Pâques, au travers des arcades donnant sur le déambulatoire. Éclairages colorés sur les voûtes du haut chœur
- Depuis le narthex de la cathédrale - au niveau du sol & à 20 mètres de haut - pendant la phase de restauration des parties basses du chœur
- Contre-plongée spectaculaire
- Durant une célébration nocturne
- À l’occasion d’un tournage de documentaire - avec des spots / en lumière naturelle
 
Bonus 336 en ligne
découvrir - vitraux
sujet : "Regards originaux sur les vitraux : problèmes de sol. Observer les détails d’une verrière, c’est parfois l’occasion unique de se rapprocher des artisans du Moyen-Âge, de comprendre leur travail, jusqu’à suivre leurs réflexions les plus pratiques - et parfois les plus drôles. La question du sol ne manque pas d’intérêt : dans le bonus 224, nous avons eu l'occasion d’envisager la façon dont les verriers s’accommodaient des problèmes de déclivité, avec un sens de l’a propos qui ne se dément jamais : emmarchement, sol en escalier... Il est des cas plus étonnants dans lesquels les verriers 'oublient' le sol, qui fait néanmoins partie des éléments obligatoires de chaque panneau : tour d’horizon des étourderies"
- Verrière de saint Nicolas - déambulatoire nord - au dessus de Notre-Dame du pilier. Le diable s’adresse à trois magiciens
- Verrière de saint Martin - déambulatoire sud. Un serviteur laisse tomber un flacon d’huile bénite sans que celui-ci ne se brise
- Verrière de saint Rémi - Chapelle œcuménique, dans le déambulatoire sud. L’archevêque Rémi réalise le miracle de faire apparaître du vin
- Verrière de la vie de la Vierge - Déambulatoire sud. Les fiançailles de Marie et de Joseph. Le grand prêtre porte la tiare papale du XIII° siècle
- Verrière de la vie de la Vierge - déambulatoire sud. La nativité
- Verrière de la vie de la Vierge - déambulatoire sud. La présentation au temple
- Verrière de saint Martin - déambulatoire sud. Le Christ apparaît à Martin durant son sommeil, tenant le morceau de manteau qu’il avait offert à un pauvre le jour précédent
- Verrière de saint Lubin - bas-côté nord. Consécration de Lubin comme évêque de Chartres
 
Bonus 337 en ligne
découvrir - sculptures / découvrir - vitraux
sujet : "Areines et Chartres - Première partie : dans le Loir et Cher, la petite église paroissiale d’Areines mérite le détour. Cette église, autrefois simple chapelle du diocèse de Chartres, faisait partie dès le Moyen-Âge des dépendances directes du chapitre de Notre Dame. C’est dire que les peintures murales qu’on y a découvert au XIX° siècle ont été commandées par les mêmes chanoines qui  avaient entrepris l’édification du portail royal et de la flèche sud, ainsi que  la réalisation  des trois grandes fenêtres de la façade occidentale. Il y a loin de l’art de Chartres, et pourtant, les peintures d’Areines sont d’une extrême qualité graphique et méritent d’être mis en relation avec des figurations analogues à l’intérieur de son "église mère", la cathédrale de Chartres. C’est à ce va-et-vient instructif que nous vous invitons"
- Areines - voûtes en cul-de–four de l’abside. Christ en gloire, entouré du tétramorphe. Chacun des animaux ailés tient un évangile
- Chartres - Christ en gloire du portail royal. L’emmarchement qui sert de base au trône du Christ est délimité par la mandorle, alors qu’il en est indépendant à Areines - comme dans la majorité des figurations romanes
- Areines - détail du Christ en gloire. Les traits blancs accentuent les traits du visage
- Chartres - détail du Christ en gloire - portail royal. L’une des sculptures les plus abouties de l’art médiéval
- Areines - l’aigle de saint Jean. Un voile pendant fait écho aux ailes effilées
- Chartres - aigle du tympan. Baie centrale du portail royal
- Areines - bœuf et homme ailé. Certaines parties sont manquantes
- Chartres - bœuf et homme ailé du tympan. Baie centrale du portail royal
- Areines - détail de l’homme ailé. Les franges inférieures de la tunique laissent voir tout le talent des peintres ligériens : quatre à cinq tonalités de couleur allant du blanc au pourpre permettent de styliser les effets de volume
- Chartres - détail de l’homme ailé du tympan. Baie centrale du portail royal
- Areines - deux apôtres, sur les murs de l’abside. La couleur bleue, qui sert de rehaut, est la plus fragile de celles qu’utilisaient les peintres
- Chartres - trois apôtres de la verrière de la passion et de la résurrection: annonce de la passion
 
Bonus 338 en ligne
découvrir - sculptures / découvrir - vitraux
sujet : "Areines et Chartres - Deuxième partie : dans le Loir et Cher, la petite église paroissiale d’Areines mérite le détour. Cette église, autrefois simple chapelle du diocèse de Chartres, faisait partie dès le Moyen-Âge des dépendances directes du chapitre de Notre Dame. C’est dire que les peintures murales qu’on y a découvert au XIX° siècle ont été commandées par les mêmes chanoines qui avaient entrepris l’édification du portail royal et de la flèche sud, ainsi que la réalisation des trois grandes fenêtres de la façade occidentale. Il y a loin de l’art de Chartres, et pourtant, les peintures d’Areines sont d’une extrême qualité graphique et méritent d’être mis en relation avec des figurations analogues à l’intérieur de son "église mère", la cathédrale de Chartres. C’est à ce va-et-vient instructif que nous vous invitons"
- Areines - deux apôtres, sur les murs de l’abside
- Chartres - trois apôtres de la verrière de la passion et de la résurrection : Marie Madeleine annonce la résurrection aux disciples. On voit comment, derrière les différences relatives aux techniques employées, le rendu du drapé procède du même travail de lignes
- Areines - un apôtre
- Chartres - l’apôtre Jean, au pied de la croix. Verrière de la passion et de la résurrection
- Areines - intrados de l’arc fermant l’abside. Marie - scène de l’Annonciation
- Chartres - Marie - Annonciation. Verrière de la vie du Christ
- Areines - intrados de l’arc fermant l’abside. Marie et Elisabeth - scène de la Visitation. On observera le stupéfiant graphisme des mains
- Chartres - Marie et Elisabeth - Visitation. Verrière de la Vie du Christ
- Areines - intrados de l’arc fermant l’abside. Scène de la nativité, malheureusement assez dégradée : des parties importantes ont été perdues
- Chartres - Nativité. Verrière de la vie du Christ. De nombreux détails sont identiques, en particulier les rideaux ouverts et la lampe suspendue
- Areines - voûtes en cul de four de l’abside. Bande décorative, à motif géométrique
- Chartres - verrière de la vie du Christ. Bordure. À Chartres, le décor végétal prédomine dans toutes les marges du récit
 
Bonus 339 en ligne
découvrir - vitraux
sujet : "Observer les détails des verrières, c’est l’occasion unique de se rapprocher des artisans du Moyen-Âge, de suivre leurs pensées - jusqu’à voir comment ils s’inspirent, au jour le jour, du monde qui les entoure.
La question du sol, ou la représentation des portes, essentielles pour suivre la narration, ont été abordées dans de précédents bonus.
Voici les colonnettes, qui permettent aussi de poser le décor en affirmant que la scène a lieu en intérieur. Elles sont ordinairement disposées en arrière des personnages pour ne pas gêner la lecture. Sélection de chapiteaux..."
Chapiteaux extraits des verrières : Saints Antoine et Paul (déambulatoire sud ), Saint Étienne (chapelle du Voile) - dans un esprit 'roman' à feuilles plate, Germain (au-dessus de Notre-Dame du Pilier) - révélateur du gothique 'fleuri' des années 1220/30
- Chapiteaux extraits des verrières : Apôtres (chapelle axiale) - au profil très fin, Belle Verrière, Bon samaritain (bas côté sud) - avec des feuilles dentelées qui rappellent certains chapiteaux de la cathédrale 1200/1210
- Chapiteaux extraits des verrières : Charlemagne (déambulatoire nord) - les chapiteaux d’esprit roman utilisent le hachuré pour traduire l’effet de profondeur, Joseph (bas côté nord), Fils prodigue (transept nord), Rédemption (bas côté nord)
- Chapiteaux extraits des verrières : Saint Eustache (bas côté nord) - idée originale, Saint Jean (bas côté sud), saint Jacques (déambulatoire nord) - typique de ce qui existe dans de nombreux cloître au début du XIII° siècle
- Chapiteaux extraits des verrières : Saint Julien l’hospitalier (déambulatoire nord) - très ressemblant à saint Jacques, saint Lubin (bas côté nord)
- Chapiteaux extraits des verrières : Saint Martin (déambulatoire sud), saint Nicolas (bas côté nord)
- Chapiteaux extraits des verrières : Saint Nicolas (chapelle œcuménique), Saint Nicolas (au-dessus de Notre-Dame du Pilier), Saint Paul (chapelle axiale), Saint Rémi (chapelle œcuménique) - le verrier s’éloigne de la réalité
- Chapiteaux extraits des verrières : Saints Savinien et Potentien (chapelle du Voile), Saint Thomas Becket (chapelle œcuménique), Saint Thomas (déambulatoire nord)
- Chapiteaux extraits des verrières : Saint Silvestre (déambulatoire sud), saintes Marguerite et Catherine (chapelle œcuménique), Vie de la Vierge (déambulatoire sud) - chapiteau cubique appartenant au style roman primitif
- Composition d’arcatures extraites des vitraux cités. Les arcs en plein cintres se mélangent avec quelques arcs trilobés
- Différents exemples de chapiteaux sur colonnettes, photographiés en France du Nord et appartenant à des édifices construits entre 1140 et 1220
 
Bonus 340 en ligne
découvrir - vitraux
sujet : "Les verrières hautes de la nef sont traitées dans un esprit fort différent des verrières des bas-côtés, que tous les visiteurs ont loisir d’admirer. Au lieu d’une histoire découpée en scènes, l’essentiel de la superficie est occupée par d’immenses figures, représentées debout - et positionnées de face.
Nous avons eu l’occasion (bonus 268-269) de vous faire découvrir certains visages. Le traitement des drapés mérite aussi d’être relevé..."
- Un apôtre. Le fonds a l’aspect de larges bandes verticales, à la découpe irrégulière
- Saint Georges. Le personnage utilise presque toute la place disponible. Le fonds, irrégulier, sert à remplir les interstices
- Saint Laumer - verrière restaurée. Les verriers ont adopté une découpe en losanges
- Saint Calétric. Cette solution - losanges bleus - est l’une des plus ordinaires
- Saint Laurent. La découpe des losanges n’empêche pas de nombreuses exceptions, en particulier aux abords du personnage
- Saint Étienne. Les losanges sont parfois de taille plus réduite
- Saint Symphorien. Souvent, le verrier a disposé des cercles rouges aux intersections des losanges, apportant une richesse supplémentaire
- Vierge
- Saint Philippe
- Sainte Foy
- Saint Pierre. D’autres verriers ont limité les cercles rouges à quelques intersections - en augmentant leur taille
- Saint Nicolas. La créativité n’a pas de limite. Ainsi cette étrange solution, alternant losanges rouges et cercles rouges sur un quadrillage bleu
- Sainte Marie l’égyptienne. D’autres verrières contrastent les couleurs, en adoptant une découpe à losanges rouges
- Saint Gilles. Dans l’hypothèse d’un quadrillé rouge, les cercles des intersections passant au bleu
- Saint Jacques. De façon très originale, le verrier a aussi 'semé' des coquilles, emblématiques de l’apôtre, sur le fonds du vitrail
- Saint Jacques. Dans cette représentation du même apôtre, on a remplacé les cercles d’intersection par des losanges
- Saint Martin. D’autres solutions ont été empruntées au fonds décoratif des verrières basses. Ainsi ces annelets bleus sur fonds rouge, qui se recouvrent à la manière d’écailles
- Christ. Également emprunté à des verrières du déambulatoire, les cercles bleus jointifs sur fonds rouge
 
Bonus 341 en ligne
insolite
sujet : "La cathédrale sous des jours inattendus : expériences visuelles, moments volés, points de vue anecdotiques… Ce qui ne devait pas arriver. Et pourtant…"
- Au cours d’un violent orage d’été - au porche sud. On comprend mieux l’utilité des imposantes gargouilles situées entre les trois pignons du porche
- Modélisation, par informatique, de la structure expansée d’un plastique. L’ingénieur en charge du projet faisait le rapport avec l’architecture 'naturelle' de l’époque gothique - en particulier la cathédrale de Chartres qu’il avait visitée avec intérêt
- Peinture de Gérard Garouste, artiste plasticien français, né en 1946 : 'Chartres', peint en 2007
- Dessin anonyme, évocateur des bâtisseurs du Moyen-Âge : maîtres d’œuvre, verriers et maçons. On notera que l’idée de 'templiers architectes', contraire à la réalité historique de Chartres, finit par s’insinuer dans le dessin : le maître d’oeuvre porte une croix rouge
- La cathédrale sur tous les supports : broderie retrouvée dans un tiroir de la sacristie de la cathédrale, destinée probablement à une bannière de procession
- L’un des anges de l’Assomption
- Sur le sol du labyrinthe - effets de lumière : rayons provenant de lacunes dans les vitraux et créant des cercles brillants
- une figurine 'casque bleu' sur le labyrinthe. Faut-il y voir un message : combattre pour la paix ?
- Voitures anciennes, garées devant la cathédrale, à l’occasion de diverses manifestations
- Parmi les sujets d’élection des photographes, amateurs et professionnels, qui fréquentent la cathédrale : les grilles réalisées au XIX° siècle et leurs motifs végétaux
- Trois effets d’éclairage - essais durant le festival de Pâques 2010 : déambulatoire orangé / Statue de la galerie des rois / À la fin d’une soirée 'vitraux grand format'
- Réunion sur l’emmarchement de l’autel - septembre 2012 : les différents acteurs du chantier travaillent autour du plan de l’énorme échafaudage en portique prévue pour restaurer la croisée du transept
- Couronne de Noël, sur un pilier de la nef - 2010
 
Bonus 342 en ligne
voir autrement - histoire(s)
sujet : "Manuscrits de Chartres au XII° siècle : tandis qu’est édifié le portail royal et que sont réalisées les trois grandes fenêtres de la façade occidentale, la cathédrale produit également plusieurs manuscrits dont le décor est à l’égal de la sculpture et de l’art verrier : un sommet artistique. L’un de ses manuscrits a fait l’objet du bonus 334. Un autre manuscrit, aujourd’hui conservé à la médiathèque de l’agglomération troyenne a probablement appartenu à deux lecteurs prestigieux : l'origine chartraine de cette bible qui paraît avoir été écrite entre 1140 et 1155 a été affirmée par Patricia STIRNEMANN, chercheuse à l’Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, qui a fait le rapport avec plusieurs ouvrages déjà répertoriés"
- Initiale I de la Genèse. "Au commencement, Dieu créa le Ciel et la Terre"
- Initiale V - en tête du livre du livre du Lévitique. Dragon
- Initiale L - du livre des nombres. "Et Dieu parla à Moïse dans le désert du Sinaï…"
- Initiale H - Commentaire du livre du Deutéronome
- Initiale P - En rouge et bleu, au-dessus: "commence le livre des juges…"
- Initiale F - Premier livre de Samuel. Elcana parle à deux femmes
- Initiale V - au début du livre de Jérémie. Étonnant monstre, aux jambes de cheval, au tronc couvert de fourrure et tenant un serpent-oiseau : directement issu de l’imagination de l’enlumineur
- Initiale A - du livre de Daniel. Dragon
- Initiale V - du livre de Joël. "Parole du Seigneur qu’il fait connaitre à Joël…"
- Initiale V - du livre d’Amos
- Initiale V - du livre d’Adias. Deux dragons
- Initiale E - Jonas est jeté à la mer et englouti par un monstre marin. Cet épisode fut largement représenté au Moyen-Âge, car on y voyait une préfigure de la descente aux enfers et de la résurrection du Christ
- Initiale O - du livre d’Abacuc
- Initiale V - du livre de Sophonie. On notera le sens extrême du détail, exclusivement végétal : une feuille se glisse dans une fente d’un tronc
- Initiale du livre de Zacharie
 
Bonus 343 en ligne
découvrir - vitraux
sujet : "Copier-coller : il faut imaginer le long travail que représentait au XIII° siècle la conception et la réalisation d’une verrière : choix des scènes et disposition des personnages, à la façon dont procéderait un metteur en scène ; carton destiné à la découpe des pièces de verre, qui doivent ensuite être assemblées au plomb, après avoir été peintes à la grisaille. À chaque stade du processus, grande est la tentation de se simplifier le travail et de faire d’une pierre deux coups ou - pour être plus exact - d’un panneau deux panneaux. Trois exemples instructifs dans les vitraux de la cathédrale"
- Vitrail de saint Apollinaire - Le saint évêque se rend chez Rufus, dont la fille est gravement malade en compagnie d’un disciple
- Vitrail de saint Apollinaire - Deux panneaux plus loin. Saint Apollinaire est traduit devant un juge
- Vitrail de sainte Marguerite et sainte Catherine - L’empereur Maxence, sous l’influence d’un démon ordonne que les savants confondus par Catherine et qui se sont convertis, soient emmenés par le bourreau
- Vitrail de sainte Marguerite et sainte Catherine - L'empereur, toujours conseillé par le démon, ordonne maintenant le supplice de sa propre épouse, également convertie
- Vitrail de saint Silvestre - Un serviteur désigne à l’empereur Constantin, plus loin, l’action du magicien Zambri, qui tue un taureau en prononçant le nom de Dieu
- Vitrail de saint Silvestre - Un serviteur désigne à l’empereur Constantin le deuxième volet de l’affrontement : saint Silvestre redonne vie au taureau
- Il faut s’attarder aux peintures de grisaille - plis, visages - pour noter quelques variantes entre les deux panneaux
- Comparaison / effet miroir. Les deux panneaux ont été produits 'en série', sur le même carton. L’un d’eux a été 'retourné', peinture du côté extérieur. C’est ainsi que s’explique l’étonnante différence de conservation entre les deux panneaux, la grisaille résistant mal à l’action des intempéries
 
Bonus 344 en ligne
découvrir - sculptures
sujet : "Habits liturgiques - en regardant les sculptures du portail sud - Première partie : aux vêtements liturgiques, que les officiants revêtent pour les célébrations, a toujours été attachée une réelle valeur symbolique. On peine parfois à comprendre qu’au Moyen-Âge, leur visibilité au cours de la messe les rendaient aussi précieux que l’édifice dans lequel on célébrait. Chaque détail relatif à l’habillement était scruté. À la différence des maîtres verriers, quand les sculpteurs de Chartres eurent l’occasion de représenter des évêques, ils firent preuve d’une exactitude étonnante, comme s’ils avaient des modèles sous les yeux".
- Les statues les plus intéressantes figurent au portail dit des 'confesseurs' - baie droite du portail sud. Sur ce cliché, on voit saint Martin, archevêque de Tours, saint Jérôme, saint Grégoire, pape. De l’autre côté, figurent saint Nicolas, saint Ambroise, saint Silvestre, pape
- Premier aperçu sur la superposition des vêtements : saint Grégoire. Aube, étole, tunique, dalmatique, chasuble, mitre, pallium, manipule
- On retrouve cette même superposition pour un autre pape, situé en vis-à-vis de Grégoire : saint Silvestre
- Dernier exemple : saint Ambroise. La statue, sur laquelle il prend appui et qu’il repousse de sa crosse, 'cache' probablement l’étole
- Étole - Saint Jérôme. Une des rares étoles visibles dans la cathédrale puisque Jérôme, qui est un prêtre, ne porte pas de tunique et de dalmatique
- Tunique - Saint Grégoire. Au-dessus de la frange, un seul galon décoratif est visible
- Tunique - Saint Silvestre
- Dalmatique de saint Ambroise. Somptueux motif d’inspiration végétale, sur une trame hexagonale
- Dalmatique de saint Grégoire. De grandes croix florales évoquent les lourdes broderies au fil d’argent et d’or qui couvraient les vêtements du Moyen-Âge
- Dalmatique de saint Martin. Le motif, d’une extraordinaire richesse emprunte directement à l’art arabo-musulman, tel qu’on le rencontrait au XIII° siècle en Espagne, ainsi les motifs circulaires, à étoile torsadée
 
Bonus 345 en ligne
découvrir - sculptures
sujet : "Habits liturgiques - en regardant les sculptures du portail sud - Deuxième partie : aux vêtements liturgiques, que les officiants revêtent pour les célébrations, a toujours été attachée une réelle valeur symbolique. On peine parfois à comprendre qu’au Moyen-Âge, leur visibilité au cours de la messe les rendaient aussi précieux que l’édifice dans lequel on célébrait. Chaque détail relatif à l’habillement était scruté. À la différence des maîtres verriers, quand les sculpteurs de Chartres eurent l’occasion de représenter des évêques, ils firent preuve d’une exactitude étonnante, comme s’ils avaient des modèles sous les yeux".
- Dalmatique de saint Nicolas. Les médaillons au motif de l’aigle, d’une grande élégance, évoquent probablement les étoffes à l’aspect damassé qui étaient produites en Syrie
- Dalmatique de saint Silvestre, à motif de quadrilobe
- Manipule - Saint Ambroise. Le manipule, dont l’origine ressort d’un mouchoir destiné à éponger la sueur, symbolise alors le travail et la pénitence du clerc au cours de sa mission terrestre. Son ornementation laisse entendre la joie du ciel, à laquelle il se prépare
- Manipule - Saint Jérôme. Le manipule que porte Jérôme représente une sorte de prototype du manipule XIII° siècle. Les broderies à décor de fleurs quadrilobés alternent avec des verres traités en cabochon
- Manipule - Saint Silvestre. Les fleurs de lys sont un emblème marial
- Pallium - Saint Ambroise. Le pallium, dont la forme a été modifiée à l’initiative de Jean-Paul II, était composé d’une bande circulaire, faisant le tour du cou et de deux bandes pendantes, devant et derrière. De couleur blanche, il porte six croix rouges. Porté par le pape mais aussi par les archevêques, il symbolise ainsi le lien indéfectible des plus hauts responsables de l’Église avec leur chef
- Pallium - Saint Grégoire. Sans frange - le plus simple qu’il soit
- Pallium - Saint Silvestre. À l’inverse du précédent, luxueusement orné
 
Bonus 346 en ligne
Histoires
sujet : "Possessions de l'Église dans l'ancien diocèse de Chartres : différentes publications récentes ont mis l’accent sur les énormes possessions foncières dont disposait l’Église de Chartres au Moyen-Âge.
Entre communications scientifiques et numéros grand public (L’Expansion), on a lu des chiffres contradictoires sur l’étendue des terres qui étaient propriété du chapitre - confondant à l’occasion le chapitre avec l’évêque ou d’autres institutions d’Église.
Nous vous proposons de 'visualiser' cette influence territoriale, sur l’Eure-et-Loir, à partir du pouillé du XVIII° siècle.
Qu’est ce qu’un pouillé ? Le catalogue des églises d’un diocèse. Rappelons à l’occasion que le diocèse de Chartres était beaucoup plus large que le département d’Eure-et-Loir puisqu’il comprenait aussi des parties plus ou moins importantes des Yvelines - env. 70%, du Loir-et-Cher - env. 42%, de l’Essonne - env. 30%, de l’Orne - env. 12%, de la Sarthe - env. 5% et du Loiret - env. 3%.
Pourquoi le pouillé du XVIII° siècle ? Plus méthodique que ceux conservés du XIII° / XIV° siècle, il permet de couvrir l’intégralité des lieux de culte.
Par ailleurs, on note d’importantes permanences territoriales : les cartes n’auraient finalement pas été très différentes pour le Moyen-Âge".
- Chapitre. Le 'collateur' d’une église est celui qui désigne son desservant : le curé dans le cas le plus général - celui des paroisses. Il dispose, en plus de ce droit de nomination, d’un nombre important de privilèges spirituels, administratifs et financiers. On pourrait dire, au moins sur le plan économique, qu’il est le 'supérieur' du prêtre qui officie
- Archidiacres. La collation est confié aux archidiacres (sur le périmètre de l’Eure-et-Loir, ceux de Chartres, Dreux et Châteaudun) pour un nombre importants d’églises. Les fonctions d’archidiacre sont parmi les plus importantes dans l’organisation du chapitre
- Évêque, Chapitre. L’originalité de l’ancien diocèse de Chartres est la faiblesse des collations de l’évêque, relativement à celles du chapitre
- Les abbayes chartraines. Des églises paroissiales sont en collation de plusieurs abbayes implantées à Chartres. Par ordre d’importance : Saint Père en Vallée, Saint Jean, Josaphat, Chéron
- Les abbayes. D’autres abbayes ont la collation de paroisses en Eure et Loir. En plus d’institutions lointaines et prestigieuses certaines abbayes implantées dans le diocèse ont de véritables 'zones d’attraction'
 
Bonus 347 en ligne
découvrir - vitraux
sujet : "Vitrail de Charlemagne - Visages : le vitrail de Charlemagne est l’un des plus représentatifs de la cathédrale, preuve du savoir-faire des différents artisans verriers qui y ont collaboré. La composition d’ensemble est aussi 'réussie' que le sont les détails d’exécution.
Le(s) peintre(s) ne représente(nt) évidemment pas de la même façon les différents personnages du récit - qui correspondent à des archétypes, jusque dans les traits du visage ou la chevelure. L’empereur, le saint, l’évêque, l’abbé, le clerc, le soldat… Aperçu du casting".
- Les deux empereurs, Charlemagne et Constantin V, devant les portes de Constantinople
- Les deux empereurs. Constantin offre à Charlemagne plusieurs reliques majeures, c'est-à-dire liées à la personne du Christ
- Les deux empereurs dormant. À gauche, Constantin voit en songe Charlemagne qui vient le secourir. À droite, Charlemagne voit Saint Jacques, qui l’appelle en Espagne
- L’évêque Turpin, qui assiste Charlemagne, lorsqu’il reçoit un évêque envoyé par Constantin
- Un abbé, auquel Charlemagne remet les reliques
- Un ermite : saint Gilles. Un ange lui remet une banderole sur laquelle est inscrit un péché de Charlemagne
- Un clerc accompagnant saint Gilles et servant d’acolyte
- Un servant accompagnant Charlemagne lors de la remise des reliques
- Saint Jacques, qui apparaît à Charlemagne
- Panneau des donateurs fourreurs. Ce commerçant présente une pièce à un client potentiel. On perçoit son attitude interrogative : 'Êtes vous intéressé'
- Prise de Pampelune. Le cavalier sarrasin évoque, quant à lui, la frayeur : il est obligé de se replier sous la violence du choc
- Après la bataille de Roncevaux. Olivier, fidèle ami de Roland annonce à Charlemagne la mort du héros. C’est l’occasion, pour le verrier de dépeindre une intense tristesse
- Construction d’une église en Espagne. Un ouvrier, très attentif à vérifier la bonne horizontalité des assises de pierre
 
Bonus 348 en ligne
histoires
sujet : "Visages de la cathédrale 1850 - 1950 : la cathédrale de Chartres a vécu au rythme des hommes qui y ont consacré leur vie -plusieurs décennies. Du siècle qui va de la révolution industrielle à la seconde guerre mondiale, quelques visages ressortent parmi le clergé de la Cathédrale-Basilique-Paroisse. Certains peu à peu tombés dans l’oubli, tandis qu’ils ont eu un rôle significatif dans l’histoire des lieux.
Loin d’un dictionnaire biographique, nous nous limitons à quelques éléments rapides de présentation, pour re-situer le rôle éminent qu’ont joué ces prêtres. L’essentiel étant de revoir les visages…".
- Claude Hippolyte Clausel de Montals, évêque de 1824 à 1853
- Cardinal Louis Edouard Pie
- Louis Eugène Regnault, évêque de 1853 à 1889
- Chanoine Ernest-Charles Brou (1821-1893)
- Abbé Alexandre Clerval (1859-1918)
- Chanoine André-Florentin Goussard (1834-1913)
- Chanoine Eugène BOULAY (1857-1934). Successeur du chanoine GOUSSARD, comme maître de chapelle de la cathédrale et professeur de la maîtrise
- Raoul Harscouët, évêque de 1926 à 1954
- Abbé Lecomte (1888-1964)
- Abbé Yves Delaporte
- Abbé Louis Fessler. Décédé en 1957
 
Bonus 349 en ligne
découvrir - sculptures
sujet : "Statues en couleurs : quand on contemple les grands portails de Chartres, il faut constamment avoir à l’esprit que leurs statues étaient peintes, au XIII° siècle. Au travail collaboraient étroitement le théologien prescripteur, le sculpteur (on dit alors l’imagier) et le peintre.
Les couleurs étaient vives, utilisant une gamme sensiblement identique à celle des vitraux, à laquelle on peut ajouter l’usage de l’or - appliqué à la feuille - qui servait à rehausser les broderies des vêtements, les ustensiles les plus précieux ou les détails que l’on souhaitait - symboliquement - mettre en valeur".
- Différents vestiges de couleur. La restauration du portail, entre 1998 et 2000, a permis de mettre à jour des restes significatifs, datant du XIII° siècle ou des premiers repeints du Moyen-Âge.
- Jésus, fils de Sirach - baie de droite. La couleur brune des cheveux et de la barbe est assez remarquable
- L’esclave sous les pieds de la reine de Saba - baie de droite. Les cheveux crépus ont conservé une teinte noire soutenue : c’est le pigment qui présente la meilleure résistance
- L’inscription au pied d’Elie - enlevé au ciel sur un char de feu - permet de désigner le prophète, ainsi qu’Elisée qui tente de s’accrocher à son manteau.
"Elias:Elizai(as)". Notons que l’inscription était devenu indéchiffrable au XX° siècle, avant le travail de restauration
- Sur ce phylactère l’abbé Bulteau voyait encore l’inscription "Isaias" vers 1860.
- Sur le personnage qui lui fait face - baie de gauche, troisième statue de l’ébrasement droit, des traces de couleur sont repérables sur les vêtements. La tunique était peinte en bleu/vert
- Le manteau était rouge. La couleur est évidemment mieux conservée (car protégée) dans les parties concaves et invisibles du sol : ici les plis du manteau et le dessous de la manche
- Vêtement de Marie. Scène de l’Annonciation - baie de gauche. Il suffit d’une écaille d’un millimètre (dans un trou de la pierre bouché à l’enduit) pour donner une indication de couleur
- Le dragon, sous les pieds de Jean Baptiste - baie centrale : vert
- Dans le buisson, sous les pieds de Marie - baie de gauche : traces vertes sur les feuilles, sous-couche orangée sur les fruits - rouges ?
- Hypothèses de restitution : Visage de Melchisedech, baie centrale du portail nord
- Hypothèses de restitution : Visage de Moïse. Le prophète de la sortie d’Égypte est entouré de symboles qui rappellent plusieurs pages de la Bible
- Hypothèses de restitution : Visage d’Aaron
- Hypothèses de restitution : Dais. Tout semble indiquer que les plantes étaient peintes avec des couleurs 'naturelles' : vert pour les tiges et feuilles, rouge pour les fruits. On hésite pour les dais, entre la couleur bleu et la couleur or - plus probablement, les deux couleurs associées
 


Cathédrale de Chartres 2017 - Tous droits réservés - Crédits - Visiter la Cathédrale de Chartres - Photos Cathédrale de Chartres - Vitraux Chartres