Si l’on s’en tient à cet exemple, les scènes de l’enfance du Christ appartenant au linteaux du portail droite sembleraient devoir beaucoup aux deux tympans de la Charité sur Loire

Si l’on s’en tient à cet exemple, les scènes de l’enfance du Christ appartenant au linteaux du portail droite (Annonciation, Visitation, Nativité, Présentation au Temple) sembleraient devoir beaucoup aux deux tympans de la Charité sur Loire - par leur intermédiaire, aux écoles régionales de Bourgogne (cathédrale d’Autun).
Les ateliers d’Ile-de-France ont pu avoir un rôle aussi déterminant. S’ils n’atteignent jamais au sens graphique d’Autun, peut-être faut-il leur attribuer d’autres qualités, notamment l’aspiration aux 'dynamiques' et l’expressivité plus ou moins naïve des visages, aux contours 'arrondis'. On met en parallèle la statue de Joseph, appartenant à la nativité de Chartres (à droite) et un chapiteau historié provenant de la collégiale Saint Étienne de Dreux (à gauche), réalisée vers 1125-30 et aujourd’hui visible au Musée Marcel Dessal.