Le photographe Andreas Gurski s’est fait connaître par ses images grand format d'une implacable définition

Le photographe Andreas Gurski s’est fait connaître par ses images grand format d'une implacable définition - dans la lignée des théories réalistes de l’école de Düsseldorf. Habités par le principe de répétition générale (foules humaines, fenêtres de bureau, objets du quotidien) jusqu’au vertige, ses clichés - qui sont parmi les plus chers au monde- travaillent essentiellement le plan architectural, avec une prédilection pour une mise en scène d’un monde 'global', post-moderne, en verre et acier.
S’extrayant des problématiques contemporaines, il s’intéresse à Chartres au cours de l’année 2007, imaginant une paroi unique par collage de verrières empruntées conjointement au bas côté nord et au bas côté sud.