En 1971, l’état des statues colonnes se révélant de plus en plus inquiétant, on choisit de déposer celles d’entre elles qui posent les problèmes les plus aigus de conservation

En 1971, l’état des statues colonnes se révélant de plus en plus inquiétant, on choisit de déposer celles d’entre elles qui posent les problèmes les plus aigus de conservation.
L’altération des couches superficielles de la pierre, conjuguée au risque croissant de fracture de gel, conduit à retirer cinq statues [sur phot. : orange]. Au même moment, quatre colonnettes ornementales [sur phot. : vert] sont enlevées de leur emplacement, où leurs détails s’abîmaient.
En 1981-93, sur l’initiative de l’architecte G. Nicot, l’ensemble du portail - in situ - est méthodiquement traité grâce au procédé de l’italien Nonfarmale. Les résultats, dont la durabilité a donc pu être vérifiée, sont au-delà des espérances que le procédé innovant avait suscité à cette époque.