Les boulangers

Les boulangers. En partie basse du vitrail, comme c’est souvent le cas à Chartres, sont représentés les donateurs. Il s’agit ici de la corporation des boulangers également pâtissiers.
Ainsi, sur un très beau fond bleu apparaissent deux boulangers (du second on ne voit ici que la main, à droite), torses nus. Ils portent sur la tête un étonnant couvre-chef, que l’on peut encore voir porté aujourd’hui, protégeant la chevelure de la farine. En plein effort, ils transportent dans un panier plusieurs petits pains.
À l’époque médiévale, la profession de boulanger est particulièrement bien perçue, le pain étant un symbole eucharistique évident, alors que l’on se méfie des teinturiers par exemple, qui, pour réaliser leurs couleurs, se prêtent à d’étranges mélanges de matières. Particulièrement intéressante est la musculature du jeune boulanger. En effet, le Moyen-âge est trop souvent considéré comme une période frustre, y compris sur un plan artistique. Or, avec de la grisaille, le maître-verrier a su rendre réaliste ce torse. Un chirurgien pourrait sans peine identifier tous les muscles contractés par l’effort.