Il n’est pas sans intérêt de comparer ces décors à ceux du portail royal. On pense évidemment aux colonnettes, au décor exubérant, qui sont en arrière des statues des ébrasements. La parenté est troublante, pour peu que l’on restitue par l’imagination la polychromie d’origine.