Peu de temps après leur restauration, voici des clichés de détail des vitraux supérieurs de la nef - côté nord.
 
Canonisé en 1173, soit trois ans après sa mort - ce qui est exceptionnel au Moyen-Âge, saint Thomas de Cantorbery fait l’objet d’un culte particulier à Chartres, qui abrite des reliques le concernant. L’évêque Jean de Salisbury (1176-1180) est l’ancien secrétaire de Thomas Becket et a fait à l’évidence beaucoup pour qu’un culte lui soit rendu dans la cathédrale.
Les images sont importantes. Un vitrail légendaire entier lui est consacré (chapelle des confesseurs), la scène de son martyr figure sur un pilier avancé du porche sud. Il est donc aussi présent sur une rose des verrières hautes de la nef - en face des pères de l’Église : Jérôme, Augustin, Grégoire.
Thomas, né à Londres en 1120, fut archevêque de Cantorbery de 1162 à 1170. Engageant un conflit avec le roi d’Angleterre pour faire respecter les droits de l’Église, il est exilé. Il est finalement assassiné par des partisans du roi, à l’intérieur même de la cathédrale.