Peu de temps après leur restauration, voici des clichés de détail des vitraux supérieurs de la nef - côté nord.
 
Saint Martin est un des saints les plus populaires de France. Rappelons qu’il s’agit du saint qui compte le plus grand nombre de patronages d’églises. Il a donné son nom à de très nombreux villages - pas moins de 222 communes si l’on se fit à liste officielle fournie par le ministère de l’intérieur. Martin reste d’ailleurs le patronyme le plus courant de France.
La scène la plus connue est celle du partage du manteau, qui est bien sûr devenue l’image du comportement charitable : partager avec le pauvre.
 
Texte de Sulpice Sévère :
Un jour, au milieu d’un hiver dont les rigueurs extraordinaires avaient fait périr beaucoup de personnes, Martin, n’ayant que ses armes et son manteau de soldat, rencontra à la porte d’Amiens un pauvre presque nu. L’homme de Dieu, voyant ce malheureux implorer vainement la charité des passants qui s’éloignaient sans pitié, comprit que c’était à lui que Dieu l’avait réservé. Mais que faire ? Il ne possédait que le manteau dont il était revêtu, car il avait donné tout le reste ; il tire son épée, le coupe en deux, en donne la moitié au pauvre et se revêt du reste.
Quelques spectateurs se mirent à rire en voyant ce vêtement informe et mutilé ; d’autres, plus sensés, gémirent profondément de n’avoir rien fait de semblable, lorsqu’ils auraient pu faire davantage, et revêtir ce pauvre sans se dépouiller eux-mêmes. La nuit suivante, Martin s’étant endormi vit Jésus-Christ revêtu de la moitié du manteau dont il avait couvert la nudité du pauvre ; et il entendit une voix qui lui ordonnait de considérer attentivement le Seigneur et de reconnaître le vêtement qu’il lui avait donné. Puis Jésus se tournant vers les anges qui l’entouraient leur dit d’une voix haute : ‘Martin n’étant encore que catéchumène m’a revêtu de ce manteau’
”.