Vers 1845/50, plusieurs gravures ont été éditées quasi-simultanément par des libraires de Chartres et de Paris, donnant à voir la cathédrale sous plusieurs angles - ces œuvres ayant quelque succès de diffusion.
 
Un éditeur anglais s’intéressa à la question, dès 1851. Avec méthode, il rassembla les dessins des artistes concernés, négocia divers droits d’auteur, passant commande auprès de plusieurs graveurs sur métal, pour effectuer une série de planches aquarellées. L’ensemble comprenait probablement huit ou dix planches, au moins dans le projet initial.
 
Un antiquaire de Londres possède actuellement cinq gravures, encadrées par l’amateur qui en avait fait l’acquisition au XIX°. Certaines ont été annotées au revers, probablement par le même collectionneur.