L’hebdo vous fait régulièrement découvrir les vitraux, de façon rapprochée : détails de mise en scène, anecdotes relatives à la vie quotidienne au Moyen-Âge, visages transcrivant les émotions prêtées aux acteurs du récit…
 
Il y a bien plus d’inventivité et de recherche psychologique, dans la peinture des expressions qu’on ne pourrait croire au premier abord. Avec quelques traits - puisque la grisaille ne permet pas davantage - le verrier donne un ton à son personnage avec la verve d’un caricaturiste : solennel, heureux, douloureux…
 
La verrière de Saint Antoine et Saint Paul, située immédiatement à gauche de la Belle Verrière, dans le déambulatoire sud, est l’une des plus intéressantes. Sur le visage de Saint Antoine, en proie à toutes sortes de calamités, les expressions se succèdent.